MMartin Live Journal

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

24/08/2015

Journal -- Lundi 24 août 2015.

THALYS
Les 3 Américains et le Britannique qui sont intervenus dans le Thalys vendredi décorés ce matin de la légion d'honneur. Heureux et fier que la France honore ainsi ces hommes. De beaux exemples qui inspirent et rassurent. Et je veux croire qu'il y aura toujours quelqu'un pour intervenir, pour mettre des grains de sable dans la machine pas si huilée du terrorisme. La riposte de Franck Brinsolaro, Aurélie Chatelain, les pompiers de Saint-Quentin-Fallavier et maintenant les passagers du Thalys, comme un écho, à 15 ans d'écart, aux passagers du vol 93 d'United Airlines. Là encore, les passagers agissent.

Vendredi, alors qu'Internet bruissait d'informations parcellaires sur l'action de marines américains en permission, le compte "recrutement" des marines donnait la couleur : "Being a #marine means taking action." Puissions-nous tous avoir cette phrase en tête le jour où nous nous retrouverons dans leur situation. Et puissions-nous faire les bons choix et avoir le courage de poser des actes cohérents avec les valeurs que nous défendons.

DROITS DE L'ENFANT
En préparant une intervention dans le cadre de mon boulot, je découvre deux textes dont je ne connaissais pas l'existence sur la page Wikipedia de la Convention des droits de l'enfant. Le premier est une prise de parole d'Alain Finkielkraut qui tacle (pas méchamment) cette convention et les droits afférents. L'autre est une contribution plus longue de Philippe Meirieu, toujours sur les droits de l'enfant, du point de vue du pédagogue. Passionnant à lire et rempli de références. Je vous garde celle-ci au chaud :

"Eduquer, en définitive, et quel que soit notre soin à en différer l'échéance, c'est trancher du mieu et du moins bon, c'est s'insurger contre ce qui est au nom de ce qui devrait être. (...) Une vertu fondamentale de l'éducateur, s'il lui faut se concevoir vertueux, c'est bien l'indignation. (...) Il est impossible d'éduquer sans droire, sans espérer, c'est à dire dans s'indigner de l'état dans lequel se trouve aujourd'hui le bien le plus précieux de l'humanité, son enfance, vouée aux nuisances de toutes sortes, à la stupidité, à l'incurie de l'espèce malfaisante que nous sommes." Daniel Hammeline, Courants et contre-courants dans la pédagogie contemporaine, Paris, ESF éditeur, 2000, p. 93.

23/08/2015

Journal -- Dimanche 23 août 2015.

"Le mieux serait d'écrire les événements au jour le jour. Tenir un journal pour y voir clair. Ne pas laisser échapper les nuances, les petits faits, même s'ils n'ont l'air de rien, et surtout les classer." (Jean-Paul Sartre, La Nausée, Paris, 1938).

Trop longtemps sans venir ici. Symptômatique. On va y remédier et tenir le cap.

Dimanche. Pluie tonitruante pour nous accueillir au réveil. Enfants qui bricolent ou jouent dans leur chambre. Lecture de "L'invitée". Don Giovanni sur Mezzo. Puis The Imitation Game. Le mémoire se rappelle à moi au coucher et me tient éveillé jusque tard dans la nuit sans que je me décide pourtant à me lever pour y travailler.

01/04/2015

Journal -- Mercredi 1er avril 2015.

photo.jpg

Nouvelle sortie dans Paris, avec la traversée du Pont des Arts et ses affreux #LoveLocks, le Louvre et la rue de Rivoli (ci-dessus).

Déjeuner avec D***, ingénieur à la retraite de chez Renault. Il me raconte comment l'entreprise fait pour que ses cadres se sentent faire partie de la boîte... à travers des problématiques métiers mais également des sujets qui n'ont rien à voir. Des genres de stratégies de contournement pour que les cadres vivent des expériences en dehors de leur métier et se découvrent les uns les autres sous un autre angle. Une façon de faire bouger les lignes pour permettrent la rencontre. A creuser.

31/03/2015

Journal -- Mardi 31 mars 2015.

photo.jpg

Plaisir de flâner dans un Paris matutinal, avec les petits bonhommes verts de la mairie de Paris qui nettoient trottoirs et caniveaux à grandes eaux. On croise ces gens dont on ne sait pas bien s'ils viennent de se lever ou s'ils vont se coucher. Et puis au détour d'une rue, boum, la cathédrale Notre-Dame de Paris rien que pour moi. Je ne résiste pas.

Rencontre avec Martin Besson, co-fondateur de Sans A_, un média créé en mars 2014 dont la vocation est de donner la parole à des personnes qui traversent des difficultés, notamment des sans-abris, via des témoignages et des photos. Le projet est généreux, très bien packagé et le gars, tout juste 20 ans, est juste parfait. De bonne humeur mais fâché contre le système. Prêt à tout casser, tout changer, tout révolutionner mais qui sait parfaitement à qui faire appel pour que son projet avance dans le bon sens. Et avec sa centaine de bénévoles impliqués à des degrés divers, l'affaire du jeune homme tourne plutôt bien. Qui a dit que les jeunes ne voulaient pas s'engager ?

La rencontre finit pourtant sur une fausse note avec l'un des pires serveurs jamais rencontré qui ne veut pas nous faire des notes séparées ("fausse note", je vous dis), puis nous rend la monnaie en pièces de 10 centimes. J'ai quand même pris un moment pour me fendre d'un commentaire désagréable sur TripAdvisor, ce qui ne m'arrive jamais car je sais que je dois pardonner à mon frère. Mais bon.

30/03/2015

Journal -- Lundi 30 mars 2015.

Action Enfance poursuit la transformation de son image. Après un changement de nom (qui a conduit a abandonner le nom historique "Mouvement pour les villages d'enfants") en 2013, voici une nouvelle signature "Parce que rien n'est joué d'avance" et le spot qui va avec, signé par l'agence LIMITE.

Cette course vers un mur que le personnage parvient à franchir, ces obstacles qu'on surmonte les uns après les autres malgré les difficultés ont déjà magnifiquement été mises en scène dans des spots pour Levi's ou Lacoste mais le procédé fonctionne parfaitement avec la cause de l'enfance en danger. Et je dis bravo.

(dîner à La boussole)

- page 1 de 30